Silverback 2018 : À la rencontre de Térence et Grizz Lee

 In Interview

Les trois grands vainqueurs de la saison dernière de la Breakleague se sont rendus au Silverback 2018, grande compétition internationale de B-boying qui a lieu chaque année à Philadelphie aux États-Unis.

Shaymin, venant de Lyon ainsi que Térence et Grizz Lee d’Objectif Lune originaires de Nice, ont fini en tête du podium de la Breakleague avec Shaymin en tant que grand champion de la ligue, lors du Chill in the City. Leurs titres de lauréat leur a permis de représenter la France lors du Silverback 2018 en octobre dernier et ainsi atteindre le Top 32 en 3vs3 en étant la seule team 100% française et également B-boy Térence sélectionné dans le Top 36 en 1vs1.

Considéré comme l’un des championnats les plus emblématiques de breakdance à l’échelle mondiale, se confrontent les B-boys et B-girls les plus influents du milieu pour un price money des plus alléchants. Créé par Steve Graham aka Bboy Silverback, ce battle est devenu l’un des plus reconnu dans le milieu en l’espace de quelques années.

À la rencontre de Térence et Grizz Lee, retour sur leurs performances ainsi que le ressenti de chacun lors de cette folle aventure du Silverback :

  • Quelle a été votre première réaction lorsque vous êtes arrivés en tête du podium de la Breakleague lors du Chill in the city et que la récompense était de participer au Silverback ?

Térence : C’était incroyable ! Mais je pense que nos réactions sont beaucoup mieux exprimées dans les vidéos ahah.

Grizz Lee : C’était très inattendu car nous n’étions pas parti favoris pour le début de cette saison, on a quand même fait toutes les éditions et c’est seulement à la dernière qu’on est arrivé dans le classement et que l’on a pu partir aux États-Unis.

  • Participer au Silverback était quelque chose d’envisageable pour vous, ou c’était un rêve lointain ?

Térence : Le Sylverback c’est un peu comme le rêve américain, c’est quand même un des plus gros événements du monde ! Alors c’est évident que pour tous les B-boys compétiteurs dont je fais parti, c’est un truc de fou d’y aller.

Grizz Lee : C’était envisageable d’y aller par contre ce qui l’était moins c’était de se payer le voyage, mais grâce à la Breakleague on a pu y participer !

  • Niveau pression, ça fait quoi de se mesurer à l’élite mondiale de breakdance ?

Térence : J’ai pas réellement ressenti de pression, ça allait. C’était tellement enrichissant de voir un level aussi fort, et en plus, ça a été un voyage magnifique, mais aussi une véritable expérience humaine et surtout que du kiffe. J’ai vraiment ressenti ce voyage de la sorte et donc au final j’étais très peu stressé.

Grizz Lee : Personnellement je n’étais pas stressé car je savais qu’en allant dans ce genre de battle, nous n’étions pas connu et qu’il y avait de forte chance de tomber contre des grosses têtes, c’est donc plus à eux d’avoir la pression. 

  • Nice et Lyon s’unissent, originaires de crews différents avec Objectif Lune (Térence et Grizz Lee) et anciennement Lunatik Energy/Tekken (Shaymin), partager le podium de la Breakleague et participer ensemble au Silverback, vous en avez fait une force ?

Térence : Les trois, on exerce chacun différemment le break et du coup de passer les qualifications sur plus de 120 équipes, c’est évident qu’on en a fait notre force et ainsi de pouvoir représenter la France sous une même équipe Breakleague, ça nous unit.

Grizz Lee : Oui complètement, on a essayé d’en faire une force tout s’est bien passé finalement, on a représenté la France tous les trois sous l’équipe Breakleague, c’était génial !

  • C’était quoi le plus difficile selon vous, le 1vs1 ou le 3vs3 ? Pourquoi ?

Térence : Pour mon passage en 1vs1, j’étais assez détendu c’était cool mais pour le 3vs3 il y’a eu comme une petite pression dès qu’on est arrivé sur scène, c’est vraiment dommage car le battle était à notre portée.

Grizz Lee : Selon moi, sans hésiter le plus difficile était le 1vs1, car c’est plus une pression personnelle.

  • Vous avez réussi à vous qualifier dans le Top 32 en 3vs3 , vous pensiez arriver jusque là ?

Térence : Le Top 32 on y croyait en 3vs3 et on était très content vu le nombre d’équipe qu’il y avait ! Personnellement, j’y ai cru aussi pour le 1vs1 même avec plus de 1000 B-boys et quand j’ai vu que j’étais passé c’était incroyable !

Grizz Lee : Personnellement, j’en étais presque sûr. J’avais plusieurs fois évoqué le sujet avant comme quoi on allait se qualifier en 3vs3. 

  • Est-ce qu’il y avait un B-boy que vous attendiez particulièrement d’affronter ?

Térence : Pas particulièrement, après affronter un champion RedBull ça peut être cool surtout d’un point de vue mental, de se dire « vas-y faut que je batte ce mec là », ça te donne une grande force en toi !

Grizz Lee : En 3vs3 j’aurai bien aimé affronter une équipe américaine.

  • Et un Bboy que vous redoutiez ?

Térence : Tous les B-boys sont très forts arrivés à ce stade de la compétition, donc je pense qu’il ne faut ni sous-estimer ni sur-estimer quelqu’un car tout est possible en battle ! C’est le cas notamment quand les favoris perdent.

Grizz Lee : Le B-boy que je pouvais redouter c’est sans hésitation Victor.

  • Dans ce type d’événement aussi renommé, vous privilégiez plutôt la technique ou le flow ?

Térence : J’ai un break très technique, je kiffe ça mais maintenant je cherche vraiment à approfondir ma danse, mon flow pour l’année 2019, c’est mon objectif.

Grizz Lee : Dans ce genre d’événement les deux sont essentiels, il faut donner la même importance autant au flow qu’à la technique.

  • Si vous deviez décrire votre danse en un mot et ce que représente pour vous le Hip-Hop, vous diriez quoi ?

Térence : Si je devais décrire ma danse en un mot je dirai « explosif » à l’heure actuelle du Silverback. Pour le Hip-Hop je dirai sans hésiter le mot « passion », en effet je suis passionné de cette culture ainsi que de tous les autres piliers autre que la danse.

Grizz Lee : Pour définir ma danse je dirai « grizzlee » et pour le Hip-Hop selon moi c’est une façon de vivre et de penser quotidienne.

À lire aussi : Le Chill in the city débarque à Bruxelles 

Showing 2 comments

Leave a Comment